• Les fonds sous-marins en Mer Rouge

    Les fonds sous-marins en Mer Rouge

     

    Enfin un tableau sous-marin qui nous donne à ressentir le vide autant que la plénitude, l'onde mi-abstraite mi-concrète de la Vie primitive, sans trop la décrire !

    Certes, en bas à gauche, l'image figurative des coraux, rayonnante, tendre, parfois même euphorisante, est à peine déstructurée. Mais ce motif concret est là pour nous permettre de mieux gouter, par contraste, tout l'espace purement abstrait du reste du tableau : cette partie supérieure purement coloriste, cette symphonie d'azur, de verts pastels, de coquille d'œuf...

    (Ne sommes-nous pas si las de ces "tableaux décoratifs" des fonds marins, représentations pseudo-réalistes au pistolet à peinture d'un Christian Lassen ou autre surfeur hawaïen en vogue chez les femmes de milliardaires ?

    Ces "tableaux" sont tellement  "archipleins de choses" qu'ils font la joie des marchands de puzzles : pas une seule pièce ne ressemble à l'autre, tant le tableau est chargé de détails insignifiants, jusqu'à l'écœurement ! ) Le monde sous-marin, en vérité, c'est une immensité de vide avec le miracle d'un massif corallien posé ici ou là, comme une énigme, comme l'image du mystère de l'origine de la Vie, toujours bercé par l'infinie houle mélancolique. Comme la partie supérieure de ce tableau, le monde sous-marin est avant tout musical, et non visuel. C'est ce que comprit Debussy avec "La Mer". C'est ce qu'écrivait Proust dans "A l'ombre des jeunes filles en fleurs", quand il entendait simultanément le bruit de la houle et celui de l'orchestre de la plage du Grand Hôtel de Cabourg : "À dix heures, en effet, il [l'orchestre] éclatait sous mes fenêtres. Entre les intervalles des instruments, si la mer était pleine, reprenait, coulé et continu, le glissement de l'eau d'une vague qui semblait envelopper les traits du violon dans ses volutes de cristal et faire jaillir son écume au-dessus des échos intermittents d'une musique sous-marine. "

     

    De même, ce tableau est "l'écho intermittent d'une musique sous-marine", tel une symphonie de Mozart entendue par hasard au fond d'une mer entre deux déserts.

    Partager via Gmail Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :