• Regard de Laurent sur la toile "L'Irréel"

    On reconnait l'arbre du Lac Nojiri, mais avec une technique nouvelle, éblouissante : cette lumière est proprement onirique.

    Quel pouvoir d'évocation !

    On se trouve plonge dans le monde baudelairien de l'"Invitation au voyage" :

    "Les soleils couchants

    Revêtent les champs,

    Les canaux, la ville entière,

    D'hyacinthe et d'or ;

    Le monde s'endort

    Dans une chaude lumière."

     

    C'est un tableau apaisant et mystérieux à la fois !

    Partager via Gmail Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :